Des réfugiés d’une autre époque, les Irlandais au temps de la grande famine de 1847

2

Des émigrants attendent de s’embarquer pour le Canada en 1847. (Voir Encylopédie canadienne en ligne)

On parle beaucoup des réfugiés aujourd’hui. Le Canada avait accueilli en 1847 nombre d’Irlandais qui avaient quitté leur pays à cause de la famine qui y régnait. Un cas a touché particulièrement les premiers missionnaires au Canada-Est d’alors (le Québec). Le texte qui suit est d’une longueur inhabituelle pour un baptême et vient de la paroisse protestante de Sainte-Thérèse-de-Blainville où le pasteur Jaques-Frédéric Doudiet l’a consigné.

Marie, âgée d’environ huit mois, enfant d’un père et d’une mère irlandaise dont les noms sont inconnus et qui sont morts pendant leur émigration d’Irlande au Canada, au printemps de l’année 1847 a été choisie par le soussigné pasteur du milieu d’autres orphelins d’émigrants réunis dans l’une des baraques construites à l’embouchure du canal de Lachine près de Montréal, vendredi deuxième jour du mois de juillet de cette année 1847 aux fins de l’élever avec ses propres enfans [on écrivait sans t à l’époque], et de lui faciliter ainsi son avenir. Ce n’est pas tout, pour lire la suite cliquer ici (Bulletin no. 3, p. 5).

1

Des émigrants entassés dans un bateau pour le transport du foin (Source Alloprof.qc.ca)